TSA : Oxydation anodique sulfo-tartrique

L’anodisation sulfotartrique est issue d’un brevet ALENIA amélioré par AIRBUS. Son objectif est de remplacer l’Oxydation Anodique Chromique (OAC).


Description du procédé

Elle est généralement mise en œuvre dans un bain contenant environ 40 g/d’acide sulfurique et 80g/l d’acide tartrique , à une température de 35 à 40°C. Le voltage constant est de 14/15V. Les cycles d’environ 25 mn comprennent une rampe de montée en tension de 5 mn puis un plateau de 20 à 25mn. L’anodisation sulfotartrique forme des couches très minces, 2 à 7 µm (épaisseurs analogues à celles formées lors d’ une OAC) . Elle génère une bonne résistance à la corrosion via l’adhérence des fi­lms de peinture, la mise en peinture s’effectuant sur une couche non colmatée. Son influence sur les caractéristiques de fatigue est modérée (abattement de l’ordre de 20 à 30% par rapport au substrat nu, analogue à celui induit par une OAC.

  • Aspect : incolore à légèrement irrisée
  • Épaisseur : 2 à 7 µm
  • État de surface : légère dégradation de la rugosité
  • Abattement en fatigue : comparable à celle de l’OAC, selon l’alliage, peut être compensé par un grenaillage préalable

Substrats

Toutes nuances d’alliages d’aluminium et pour tous les modes de transformation. Cependant l’alliage influe fortement sur le niveau de performance obtenu et l’aspect.

Variantes

Dans le cas de pièces non peintes nécessitant une résistance élevée à la corrosion le cycle d’anodisation est rallongé d’environ 15 mn (TSA cycle long) pour obtenir des épaisseurs de 5 à 7 µm et l’on procède à un colmatage en 2 étapes, la première consistant en une imprégnation dans une solution à bas de Chrome trivalent suivi d’un colmatage hydrothermal dans de l’eau à 98°C

Applications

  • Tenue à la corrosion.
  • Base d’accrochage de peintures.
  • Ne s’applique pas, contrairement à l’OAC, comme préparation avant collage. Dans ce cas on choisira l’Oxydation Anodique Phosphorique (OAP /PAA) préconisée par BOEING ou l’Oxydation Anodique PhosphoSulfurique (PSA) préconisée par AIRBUS.

Secteurs concernés: aéronautique / spatial (préconisée par AIRBUS)

Critères de choix - Limitations

  • Les pièces d’assemblage doivent être traitées séparément, les ensembles rivetés, vissés ou articulés ne peuvent être traités par ce procédé car les résidus éventuels d’acide sont corrosifs. Pour la même raison, le procédé n’est pas ou peu utilisé sur alliages moulés.
  • Le traitement conduit à une diminution sensible de la limite de fatigue des composants. Pour la plupart des applications aéronautiques, l’anodisation chromique lui est préférée.

Impact environnemental

Via la suppression du chrome hexavalent, toxique et cancérogène, ce procédé est en accord avec le règlement REACh.

Référentiels

  • NF EN 4704 : Série aérospatiale
  • ISO 9227 : Essai de corrosion en atmosphères artificielles – Essais aux brouillards salins
  • EN ISO 2409 : Peintures et vernis - Essai de quadrillage